Pages

mercredi 18 avril 2018

Erik Satie : Complete piano music Vol.1 reviews

Alex Baran (Thewholenote - september 2017)
Nicolas Horvath has released the first volume in his latest project, Satie - Complete Piano Works 1 (Grand Piano GP761). His projec takes advantage of the newest and most extensively corrected edition of Satie's piano music by Salabert (Milan). Horvath has also chosen to record the repertoire up to 1897 on Cosima Wagner's 1881 Erard, in an effort to create the kind of piano sound that Satie would have known and expected. The CD program includes two world premiere recordings of short works and nine others from the newly revised edition.
The notes to this CD contain some very fine historical autobiographical material that reminds the reader of how extraordinary Satie was. His music is never really contrapuntal or even impressionistic. He establishes an atmosphere of mysticism with pulsating chords against melodies that feel modal and something akin to Asian or Middle Eastern.
Horvath does a splendid job in presenting this unusual repertoire. The four Ogives are almost entirely vertial and hymn-like in their replication of plainchant. Sait to have been inspired by the Gothic arches of a neighbouring church, there are perhaps unlike most of Satie's other music. There's also a fascinating, if short, monodic piece titled Leit-Motiv du "Panthée". Chanson hongroise is barely more than half a minute but contains curious tantalizing touches of Bartok.
With volumes two and three already designed and ready for release soon, Satie collectors will be eager to snap them from the shelves when the appear.

Alain Steffen ( Pizzicato - October 2017) Rating : ★★★★
Es wird höchste Zeit, dass sich mal wieder ein Pianist um das Klavierwerk von Eric Satie kümmert. Nicolas Horvath plant eine Integrale mit bisher unveröffentlichten Werken nach der neuen Salabert Edition. Das Klanguniversum Saties wird so um neue Perspektiven erweitert. Horvath ist ein Pianist, der mit der zeitgenössischen Musik aufgewachsen ist, die darüber hinaus einen wichtigen Teil in seinem Leben als Musiker einnimmt. So besticht diese erste CD von Grand Piano mit u.a ‘Trois Gymnopédies’ (1888), ‘Trois Sarabandes’ ( 1997), ‘Trois Gnossiennes’ (1890–9*) und etlichen Ersteinspielungen durch ihre Bodenbeständigkeit und ihre objektive Klarheit. Hier gibt es nur wenige entrückte und schwebende Klänge, und auch sonst entspricht Horvaths Interpretation so gar nicht dem Klischee der gängigen Satie-Interpretation. Klar, Durchsichtig, architekturbetont, so kommt Horvaths Satie daher. So positiv sich dieses Konzept auf die einzelnen Werke auch auswirkt, umso schwieriger greift es, wenn man die CD als Ganzes hört. Das Farbenspektrum erscheint beschränkt, die Interpretationen gleichen wie einem Ei dem anderen und warten kaum mit Überraschungen; auch die Dynamik kann während den rund 74 Minuten trotz eines nuancierten und engagierten Spiels nicht hundertprozentig überzeugen. Spieltechnisch leistet Horvath hervorragende Arbeit, so dass unter dem Strich trotzdem eine willkommene, mutige und wichtige Satie-Scheibe herauskommt.

Luca Segalla (Musica - September 2017) Rating : ★★★★
Delizie leggere, della consistenza di una brezza lieve, quasi sul punto di scanire nel nulla. Ascoltare le pagine pianistiche di Erik Satie può rivelarsi un'esperienza intrigante come noiosa. È musica construita in modo sfacciatamente elementare, la musica di un dandy pigro che amava fare il verso al sentimentalismo dei salotti tardo ottocenteschi, musica scarabocchiata sulla tastiera, spesso ostinatamente ripetitiva.
Se alcune pagine hanno raggiunto una grande notorietà, come la prima delle Gymnopédies, la maggior parte sono rimaste quasi del tutto sconosciute. Un'integrale pianistica si Satie assume quindi un valore storico e musicologico prima ancora che estetico. Ascoltando uno dopo l'altro, senza interruzioni, i pezzi e pezzettini usciti dalla facile penna del compositore francese si finisce per entrare in un flusso uniforme, sospeso nel vuoto del tempo, come succede per la musica minimalista degli anni Sessanta e Settanta. È facile comprendere il motivo per cui John Cage amasse Satie ed è anche facile comprenderer come mai abbia deciso di cimentarsi con questa integrale un pianista come il francese Nicolas Horvath, abituale frequentatore del repertorio contemporaneo e grande esperto di Philip Glass, di cui ha eseguito l'integrale per pianoforte in un unico concerto della durata di oltre dodici ore.
Questo CD è il primo volume della fatica di Horvath e raccoglie del materiale molto vario, da pezzettini giovanili come il Valse-Ballet e la Fantaisie Valse nello stile di Chopin alle tre celebri Gymnopédies composte da un ventiduenne Satie nel 1888, passando per le stagnati tre Sarabande del 1887 oppure due nuscoli frammenti accordali che nei manoscritti sono intitolati curiosamente « quartetti » e tre arie celebrative dell 'ordine dei Rosa-Croce, tutte impostate su un'accordalità dal sapore allusivamente arcaico.
Nell'affrontare questa integrale, Horvath non ha voluto lasciare nulla al caso. Ha scelto un pianoforte d'epoca, l'Erard del 1881 appartenuto a Cosima Liszt e si è basato sulla nuova edizione Salabert curata da Robert Orledge, a cui si devono le ricche e dotte note del booklet, un piccolo saggio musicologico che impreziosisce questa pubblicazione. Infine Horvath ha trovato il giusto equilibrio tra leggerezza ed atteggiamento aristocratico, cura del suono ed apparente disincanto. Un' integrale da seguire con attenzione per i volumi futuri.

Luis Suárez (Ritmo – April 2018) Rating : ★★★★
Bajo una nueva edición revisada por Salabert de las obras del excéntrico bohemio Erik Satie, Nicolas Horvath grabará en instrumentos de época, como en estas dos primeras entregas, un Erard de 1880 que perteneció a Cosima Wagner. Aunque ya se hayan abordado grabaciones integrales o revisada su vida y obra en programas de radio o en ensayos, no deja de ser interesante descubrir nuevas miniaturas pianísticas que aquí se pueden escuchar recogidas y revisadas. Producción en acertado orden cronológico de composición, acompañada de una excelente presentación en diseño y generosa información en inglés. En todas estas obras de juventud y composición prácticamente autodidacta, asimismo logra sacar todos los atributos de conjugan su producción, la del artista tímido y solitario, con el piano como medio de comunicación, escritura modal basada en la simplicidad, claridad, precisión, elegancia y economía de medios.

Alan Becker (September 2017 - American Record Guide)
Many of these pieces are enjoyable; most are rather light and brief, others simplistic and dull. Horvath plays with the skills of a thoroughly grounded academician. I hope to hear more imagination as the series progresses. Good sound and fabulous notes by Robert Orledge bring considerable lustre to this first outing.

David Denton (May 2017-David's Review Corner)
It is rare that I review a CD that is accompanied by such copious and informative notes that complements this first in a complete cycle of Eric Satie’s piano music. It relates the origins of this first definitive printed edition of all Satie’s works that exist for solo piano, some of these unknown even to his enthusiasts, and are here receiving their world premiere recording. In his younger years, Satie was looked upon as something of an odd-ball figure who enjoyed a Paris coterie who only wanted to be different. He belonged to that group of composers who rejected the previous Romantic era, but who still clung to the world of tonality. Having entered the Paris Conservatoire in 1879 at the age of thirteen, he departed soon after, and it was in the three years beginning 1908 that he eventually committed himself to becoming a pianist and composer. This first disc using the new Salabert Edition offers works in order of composition written between his two periods of study, and is as diverse as the brief opening Allegro, which lasts for less than half a minute, through the substantial group of three Sarabands and onto the Sonneries de la Rose Croix, the disc’s most extended work. At this point he had yet to create an individual musical voice, and initially it was the influence of Debussy that was present in his harmonic language. We have known little of this period, though the Trois Gymnopedies, written when he was twenty-two, have been passed down as one of his most frequently heard works. The decision to record them on an 1881 Erard piano was questionable, as to ‘modern’ ears this particular instrument—which belonged to Wagner’s wife—sounds rather like an upright that has known better days being recorded in a large and empty hall. The tempos of the outstanding French pianist, Nicolas Horvath—from whom the idea of making these recordings emanated, are sometimes unexpected, particularly in the slow approach to the Trois Gymnopedies, though he obviously has a great fondness for the music. Two further volumes are expected soon.

Bresciaoggi (1 august 2017) Tutto il piano Horvath esalta l’«oro» di Satie
Nicolas Horvath inizia con questo disco la meritoria impresa dell’edizione completa delle opere di Erik Satie nella nuova edizione Salabert, apparsa nel 2016. Edizione che ci fa riscoprire e in alcuni casi scoprire ex novo alcuni interessanti numeri dell’originalissimo compositore francese: infatti molte delle pagine di musica che appaiono in questo disco sono in prima registrazione mondiale nella nuova edizione, dalle Tre Sarabande del 1887 alla Pièce sans titre del 1891, accanto alle celebri Tre Gymnopedie e alle tre Gnossiennes.
Un’incisione dunque di riferimento per gli amanti di Erik Satie, compositore e pianista morto a Parigi nel ’25.

Salvatore Phichireddu (blog.about-music.de, September 2017)
Very very promising first volume of a new Satie complete piano works recording by Monegasque pianist Nicolas Horvath. Fantastic sound, excellent instrument and delicate playing.

Jan de Kruijff (Musicalifeiten, october 2017)
De Franse pianist Nicolas Horvath die zich in het Grand Piano album met 3 cd’s The key collection liet horen met Satie’s vroege Allegro en die eerder opmerkelijke opnamen maakte met werken van Liszt (Hortus 100) en Glass (Grand Piano GP 677) zet zich nu in voor Satie.
Diens treffende pianowerken maken ongeveer driekwart van zijn oeuvre uit en behoren tot zijn representatiefste werken. Hun vaak absurde titels hebben vaak een parodistische bedoeling (en drijven soms ook lichtelijke spot met de poëtische titels van de pianowerken van Debussy).
Maar ondanks hun blijkbare frivoliteit zijn deze miniatuurtjes vaak heel lyrisch in een klankwereld die deels voortkomt uit het café-cabaret waarin Satie optrad en deels vanuit de belangstelling die hij toonde in modale en Middeleeuwse christelijke muziek.
Die nadruk op modale technieken en strenge ‘witte toetsen’ harmonieën zijn vooral goed te horen in zijn Trois Gymnopédies uit 1888 en de Six Gnossiennes (1890) die vooruitlopen op dergelijke harmonische hulpbronnen vijftien jaar later door Debussy.
Het begin van Nicolas Horvaths complete opname onderscheidt zich meteen in enige opzichten veelbelovend van voorgaande pogingen door Reinbert de Leeuw (Philips), Noriko Ogawa (BIS), Pascal Rogé (Decca), Aldo Ciccolini (EMI), Jean-Yves Thibaudet (Decca) en Jean-Pierre Armengaud (Adda).
Niet alleen gaat hij namelijk zorgen voor een echt volledige opname van deze werken in  chronologische volgorde, hij doet dit op basis van een nieuwe kritische uitgave en historiserend op een Erard vleugel uit 1881 die ooit aan Cosima Wagner toebehoorde.
Dat zou van ondergeschikt belang zijn, wanneer zijn voordracht niet zo geschikt was voor het tijdeloze, etherische karakter van deze muziek. Zijn spel is heel idiomatisch en geeft een goed levendig beeld van Satie’s bijzondere soort verbeelding waarbij het zozeer aankomt op eenvoud, precisie, helderheid en elegantie. Nu hopen dat dat hoge niveau gehandhaafd wordt in het vervolg. Grappig dat nu al blijkt dat er een zevende Gnossienne is.

Bruce Collier (Friday June 23 2017 – Beachcomber )
French pianist composer and archetypal eccentric Erik Satie gets meticulous attention from Horvath on Satie, Complete Piano Works Vol. 1. Twenty seven pieces drawn from Satie’s early years make up what I hope is only the first installment of more Satie from Horvath. Here, Satie is still trying on and shedding outside influences (Chopin, for one), and there’s a more formal, romantic, light classical feel to the pieces, with titles like “Sarabande.” Still, there’s a hint of the mature Satie, the sly archness and intellectual jokes that characterize later works like “Dried up embryos” and “Three pieces in the form of a pear.”

Alain Maestracci (Nice Matin 14 Octobre 2017)
Tout le monde connaît Erik Satie, un trublion qui a révolutionné la musique à la fin du XIX siècle. Le pianiste monégasque, Nicolas Horvath, nous offre son étude complète des œuvres de piano de Satie dont les trois célèbres Gymnopédies et quelques inédites. Nicolas Horvath les joue sur son propre instrument, un Erard 1881 de Cosima Wagner. Ah oui, au fait, c'est sublime !

Lisa Flynn ( May 2017 - WFMT Chicago)
Erik Satie’s earliest works show traces of Chopin as an influence but he soon came to reject virtuosity, choosing instead to remain with the French traits of simplicity, clarity, elegance and economy. This landmark recording by Nicolas Horvath uses a new edition played on Cosima Wagner’s own 1881 Erard piano, Satie’s instrument maker of choice.

Christophe Rodriguez (10 juin 2017 – Journal De Montreal) Rating : ★★★★
L’univers du pianiste Erik Satie apporte beaucoup de réconfort en ces journées pluvieuses. Même si son œuvre est abondamment utilisée par la gent pianistique, une nouvelle approche est toujours instructive. Dans le cas présent, le pianiste Nicolas Horvath revisite de façon extrêmement poétique les incontournables Gymnopédies, puis il aborde avec beaucoup d’intériorité Les ogives. Travaillant entre l’ombre et la lumière, il débusque les coloris, sort des sentiers battus comme dans la Sonnerie de Sainte-Croix et nous offre en première mondiale Gnossienne ou Fils des étoiles.

Salvatore (Naxos Deutschland Blog - 12 September 2017)
Auch fast 100 Jahre nach dem Tode Erik Saties scheint seine Musik aufregend aktuell und einzigartig wie eh und je. Seine einfache, klare, nicht selten ironische oder zumindest surreale Musik bleibt in ihrer Schlichtheit ein Fixpunkt für die Moderne. Bereits John Cage sah in ihm einen Wegbereiter der Neuen Musik. Später bezogen sich die Komponisten der Minimal Music und aktuell die der Postmoderne auf seine schlichten Formen und seine bewusst reduzierte Klangsprache.
So aktuell, wie für die Komponisten der nachfolgenden Generationen war und ist Erik Satie auch für die Interpreten: Rund ein Dutzend Gesamteinspielungen seines Klavierwerks (das wiederum den Großteil seines Œuvres ausmacht) tummeln sich derzeit auf dem Markt: Von Reinbert de Leeuw über Aldo Ciccolini bis Jean-Yves Thibaudet haben sich immer wieder anerkannte und ungewöhnliche Künstler der selten technisch anspruchsvollen Musik Saties gewidmet. Es mangelt also eigentlich nicht an guten Satie-Aufnahmen (zumal seine bekanntesten Werke, etwa die „Gymnopédies“ und die „Gnossiennes“ in zahllosen Einzelaufnahmen zusätzlich erhältlich sind). Ich schreibe „eigentlich“, weil der erste Teil der geplanten Gesamteinspielung des Satie’schen Klavierwerks des monegassischen Pianisten Nicolas Horvath sich von den anderen Aufnahmen klanglich und interpretatorisch deutlich abhebt.
Um es auf eine Formel zu bringen: Horvath schlägt ein neues Kapitel in der Satie-Rezeption auf. Dies hat drei Gründe: Zum einen wird es die erste Gesamtaufnahme nach der neuen, kritischen Salabert-Notenausgabe sein. Diese versucht Saties vollständige Musik für Soloklavier zusammenzufassen, was einige frühe Arien-Bearbeitungen, kleinere unvollständige Fragmente, die Musik zu vier Händen und die Liedbegleitungen ausschließt, andererseits aber einige erste Fassungen von später radikal umgearbeiteten und „neu geschriebenen“ Stücken enthält. Das Album beinhaltet einige Weltersteinspielungen und einige Premieren der (deutlich revidierten) Fassungen, die erstmalig in der Salabert-Edition von 2016 erschienen.
Des Weiteren hat Nicolas Horvath das Instrument mit Bedacht ausgewählt. Der erste Teil der Gesamtaufnahme enthält Kompositionen, die zwischen 1884 und 1893 entstanden. Als Instrument wählte man einen Erard-Flügel von 1881 (der einst Cosima Wagner gehörte). Man weiß von Saties Präferenz für dieses Instrument durch ein von Picasso entworfenes Festival-Poster von 1920. Ausdrücklich bat Satie den Maler „Piano
Erard“ unten auf dem Plakat einzufügen. Der silbrig-helle Klang des Erards mit seiner kürzeren Resonanzzeit (im Vergleich zu den modernen Konzertflügeln von Steinway, Bösendorfer usw.) verleiht den ohnehin „luftigen“, schnörkellosen Kompositionen Saties noch eine zusätzliche Transparenz und entromantisiert sie (was sicher im Sinne des Komponisten war).
Last but not least ist es Horvaths feingliedriges Spiel selbst, das diese erste CD der Gesamtaufnahme so interessant macht. Seine Meriten als Interpret von sowohl Liszt als auch Glass mögen eine gute Vorbereitung für diesen Satie-Zyklus gewesen sein. Im Spannungsfeld zwischen (verblühender) Romantik und Minimal Music nimmt Saties Musik eine Sonderrolle ein, die eine Ära abschließend, die andere visionär vorausahnend. Horvaths Spiel spiegelt diese ästhetische Kontroverse wider und trägt dabei Saties leiser Ironie Rechnung. Er verzichtet auf romantisierende Überspitzungen ebenso wie auf minimalistische Perkussivität und spielt mit einer bemerkenswerten Distanz, die gleichermaßen kühl und surreal wirkt.
Ein starker Auftakt einer Aufnahmereihe, der Saties Musik klanglich und interpretatorisch neu inszeniert und dazu noch mit einigen Raritäten aufwartet, die man bei anderen Gesamtaufnahmen nicht findet. Das Artwork zeigt bereits die bald erscheinenden („Coming soon“) Volumen 2 und 3 der Reihe. Man darf also hoffen, dass wir nicht allzu lange auf mehr Musik in dieser aufregenden Gesamtaufnahme warten müssen.

SM (Qobuz)
Le pianiste Nicolas Horvath, un grand spécialiste des défis les plus fous, a décidé d’enregistrer une sorte d’intégrale de la musique pour piano de Satie. « Une sorte », car, ainsi qu’il le dit lui-même, on peut toujours discuter sur l’opportunité de présenter tel ou tel fragment, tel ou tel inachevé, tel ou tel exercice d’écriture qui n’avait pas vocation à être vraiment joué. Cela dit, son intégrale – qui est prévue pour tenir en neuf albums – fait largement le ménage. Tous les morceaux assemblés par Robert Caby ont été impitoyablement supprimés ; les titres qu’il a fabriqués de toute pièce ont été retirés – au grand dam du label qui penserait sans doute mieux vendre ou même ranger une pièce intitulée Première Pensée Rose+Croix plutôt qu’affublée du neutre Pièce sans titre. Les fautes ont été corrigées – il s’en trouve parfois beaucoup, comme dans les Sarabandes semées d’erreurs de notes et d’harmonie, parfois aucune comme dans les trois Gymnopédies et les trois Gnossiennes que le bon Maître avait fait imprimer à compte d’auteur avec un regard d’aigle sur l’exactitude. L’un portant l’autre, Nicolas Horvath a préféré ne pas appeler son intégrale « Première discographique mondiale de l’Edition 2016 », un brin trop ronflant en effet compte tenu de la ténuité de certaines différences entre l’ancienne édition et la nouvelle. Cela dit, nombre de pièces sont effectivement présentées en première discographique sous cette nouvelle forme, mais ce n’est « que » la première de ladite forme corrigée, pas de l’œuvre en elle-même.
L’intégrale de Horvath suit grosso modo la chronologie, de sorte que le premier volume comporte – outre la véritable première discographique des deux Quatuors de 1887 qui sont de véritables pièces pour piano, pianistiques, pas même jouables au quatuor à cordes – déjà les Quatre ogives, les trois Gymnopédies, les trois Sarabandes, les Gnossiennes, autrement dit des œuvres fondamentales, fondatrices, dans la production du compositeur qui, dès 1888, avait ouvert tout un monde lointain et impensable à l’époque, qui fit qu’on le relégua rapidement dans le cabinet des curiosités, voire des zinzins. Peut-être l’était-il, mais avec ô combien de génie et de vision d’avenir ! Les minimalistes de la fin du XXe siècle ne s’y sont pas trompé et le considèrent comme l’un des pères fondateurs de toute une modernité musicale. John Cage, en 1963, avait déjà offert Vexations à un public sidéré que ce petit « Frenchy » eût tant d’audace. Vexations que Horvath donnera dans une version « courte », durée discographique (et nerveuse, côté auditeur) oblige : quatre redites au lieu des 840 prescrites par l’auteur facétieux. Cinq reprises seulement aussi pour Chanson hongroise de 1889, quatre mesures à répéter ad lib. jetées au dos du manuscrit de la Cinquième Gnossienne ; et cinq reprises pour le Tango perpétuel. On précise également que Horvath fait usage de pianos de l’époque d’écriture des ouvrages ; le premier volume est joué sur un Érard de 1881 ayant appartenu à rien moins que Cosima Wagner.

Jeff Simon (The Buffalo News - 19 Mai 2917) The musical line from Satie to Horvath Rating : ★★★
By the time he was composing the works that have become some of the most popular in our time -- the "Gymnopedies," "Gnossiennes," and "Sarabandes" -- he was one of the great artistic radicals of the late 19th century, a minimalist, modalist and almost fanatical enemy of rhetoric.
In his flight from everything German in music, he became an inspiration to some of the greatest 20th century American composers (Cage and Thomson, especially). The piano Horvath plays here once belonged to Cosima Wagner and is said to be from Satie's instrument maker of choice. These are newly edited versions of Satie, including music heretofore little known. If Horvath's performances are more than a little academic for some of the least academic music ever written, the notes on the disc by Robert Orledge are particularly fine.

Jean-Marc Warszawski (musicologie.org 22 juin 2017)
Le premier cédé, sur trois prévus, d’une intégrale des œuvres pour piano d’Érik Satie, selon une nouvelle édition Salabert dirigée par Robert Orledge, qui a remis sur le métier les manuscrits du maître qui ne voulait pas l’être. Nicolas Horvath a choisi, une très bonne idée, un piano Érard de 1881, pas n’importe lequel : celui de Cosima Wagner, ce qui risque d’agacer quelque peu notre EsoteriK Erik national et montmartrois. Le livret est très soigné, il est signé par Robert Orledge avec la participation pour les illustrations, de la passionaria satiste Ornela Volta.

Gramola.at
Nach Abschluss seines Zyklus von sämtlichen Klavierwerken des Minimalisten Philip Glass kehrt der monegassische Pianist Nicolas Horvath quasi an den Ursprung von jeglichem Minimalismus zurück: Zum Klavierwerk des Exzentrikers und Avantgardisten Erik Satie, der Ende des 19. Jahrhunderts die Vorstellung von Musik grundlegend revolutionierte und der folgenden Musikmoderne den Weg bereitete. Aber dieses Album enthält so viel, auch "zwischen den Zeilen"! Denn es ist dies nicht nur die Weltersteinspielung von Saties prominenten Kompositionen in der neuen Urtext-Edition, die 2016 beim Verlag Salabert erschien und großes Aufsehen in musikwissenschaftlichen Kreisen erregte. Es liegt hier auch die Weltersteinspielung von manchem Klavierstück Saties vor, das erst bei den Arbeiten zur neuen Salabert-Gesamtausgabe entdeckt wurde! Zu allem Überfluss ist hier ein Klavier aus der Zeit der Kompositionen zu hören und sorgt für höchste klangliche Authentizität. Und zwar nicht irgendein Klavier, sondern ausgerechnet der Érard-Flügel, der einst Richard Wagners Ehefrau Cosima gehörte. Wenn das nicht pikant ist! Wer also glaubte, das Klavier-Gesamtwerk von Erik Satie bereits komplett zu kennen, der sieht sich hier mit mancher Repertoire-Überraschung konfrontiert. Auf diesem mit 73 min. randvollen ersten Teil der Edition befinden sich zudem die populären Gymnopédies, die Ogives und auch die Gnossiennes, die zusammen zu den wohl bekanntesten Klaviermusikzyklen Saties gehören. Fazit: Einzigartig, überraschend, kurios und wichtig!

Emilie Munera (En Piste ! 23 mai 2017)
Une intégrale Satie lancée par un musicien dont on vous parler régulièrement dans cette émission, le français Nicolas Horvath, il est en pleine intégrale Philip Glass et on vous diffuse régulièrement les nouveaux volumes. Nouveau projet donc avec le premier Opus des œuvres pour piano d'Erik Satie, vaste entreprise, vaste sujet puisque rien que de définir ce qu'est une intégrale de l’œuvre pour piano d'Erik Satie pose problème et est un vrai travail en soi. Il y a les œuvres publiée du vivant de Satie, il y a celles publiées après sa mort puisque après sa disparition Darius Milhaud a fait le tri dans les manuscrits. Il a fait publié certain d'entre eux et a confié les pages moins intéressantes à l'époque à la bibliothèque du Conservatoire. Et vient ensuite un certain Robert Caby qui en 64 se sentant héritier mystique de Satie, se lance dans un travail de restauration et publie à nouveau des inédits. Mais ce petit filou a regroupé des partitions en cycle et a donné des noms à des pièces qui n'en avaient pas, d'ailleurs il paraît que Darius Milhaud était furieux. Il assura qu'il avait changé aucune note aux pièces dont il s'est occupé, mais il reconnaîtra que certaines, effectivement n'auraient pas dû être publiées.
Donc, il y avait un grand travail à faire au niveau du corpus d'autant plus que certaines fautes étaient glissées dans les précédentes éditions. Et c'est un musicologue britannique, Robert Orledge, qui s'est lancé dans l'aventure pour proposer une toute nouvelle édition de l’œuvre de Satie en 2016. C'est sur ce travail que Nicolas Horvath publie sa propre intégrale avec des œuvres que l'on connaît déjà pour la plus part et que l'on va redécouvrir dans leur version corrigées
On a un très beau livret , très grand qui est écrit par le musicologue mais malheureusement tout en anglais
C'est donc l'occasion d'entendre ses œuvres avec des tempis assez étonnant parfois, je pense à la première Gnossienne qui est jouée assez lentement et qui pour m'a part m'a assez déstabilisée et sur un piano étonnant qui est un piano Erard de 1881, qui a un coté plus cabaret.

Francis Benoît Cousté (24 juin 2017) Trois nouveaux enregistrements Satie, Glass et Rääts
Éminent pianiste français, Nicolas HORVATH vient de publier, chez Grand Piano, trois albums mémorables
Jouant un piano Érard de 1881, ayant appartenu à Cosima Wagner, Nicolas Horvath a ici entrepris d’enregistrer l’intégrale de l’œuvre pour clavier de "l’Ermite d’Arcueil" (dont plusieurs items en première audition mondiale)

Romaric Gergorin (Classica - Septembre 2017) Rating : ★★★ Audio : ★★★
Ce premier volume d'une intégrale des œuvres pour piano de Satie par Nicolas Horvath a la particularité de s'appuyer sur une édition révisée, publié aux éditions Salabert par le musicologue Robert Orledge, remarquable spécialiste de son œuvre. Il présente aussi des inédits assez courts, les Quatuors n°1 et 2, recherches harmoniques qui sont des préfigurations des Sarabandes plus que des œuvres achevées, et Chanson hongroise dont les entraînantes 35 secondes nous laissent néanmoins sur notre faim. Horvath joue avec une belle intensité sur un piano Erard 1881 ayant appartenu à Cosima Wagner, apportant une discrète touche humoristique propre à l'esprit de Satie, en son temps contempteur acharné du wagnérisme français.
Malgré la sonorité un peu aigre de cet instrument, on retrouve avec plaisir l'univers du compositeur anglo-normand, ses charmants débuts avec Allégro, Valse-Ballet et Fantaisie-Valse, la froideur des Ogives, des Sarabandes jouée de manière incarnée, des Gymnopédies à la lenteur mesurée, des Gnossiennes à la profondeur atemporelle, d'attrayantes Sonneries de la Rose+Croix jouées de manière très personnelle, avec une séduction proche d'un onctueux babil quand de nombreux interprètes misent sur leur magnétique hiératique.
Nicolas Horvath réussit ainsi avec prestance la première étape de son voyage en terre satiste et devrait bientôt couvrir tout son corpus. Faite de distanciation, séduction et vivacité, son approche complète la monumentale intégrale de référence par Aldo Ciccolini (Erato) et la très singulière interprétation par Daniel Varsano (Sony). Elle permet de renouveler l'écoute des œuvres inlassablement insaisissables de Satie par un infime déphasage à défaut de grand renouvellement, ce qui convient bien à un compositeur voué aux mystères de l'inframince, concept défini avec précision par son camarade Marcel Duchamp.

99.5 WCRB : CD of the Week: Satie: Complete Piano Works, Vol. 1
French pianist Nicolas Horvath explores the eccentric mysticism of one of the leading minds of modernist music.
Satie’s solo piano works are among his most popular compositions. The famously unorganized composer left several manuscripts of varying completion strewn about his study at the time of his death in 1925, and it is for that reason that musicians such as French pianist Nicolas Horvath are able to furnish world premiere recordings of some of his pieces, even after over 100 years. In his new album Horvath also explores Satie’s more famous works, including the celebrated Three Gymnopedies and the mystical grandeur of Ogives.

Bertrand D (LesVeillesMusicales - 25 juillet 2017) CHAPEAU MELON ET PARAPLUIES
17 mai 1866 : Alfred Satie et Jane Leslie Anton ont le plaisir de vous annoncer la naissance du petit Eric-Alfred-Leslie Satie. L’enfant va bien, merci. Septembre 1884 : première composition connue : Allegro (00’29 »). C’est peu, mais à la même époque un changement de taille intervient : le c du prénom devient un k, c’est tout de suite plus « ésotérik ».
1885 : deux nouvelles compositions : Valse-Ballet  et Fantaisie-Valse. Cette dernière, première  excentricité dans une carrière qui ne cessera plus de surprendre, sera publiée deux ans plus tard sous l’étonnant numéro d’opus 62. Ces trois (très) courtes pièces ouvrent le premier volume de l’intégrale des pièces pour piano d’Erik Satie par Nicolas Horvath. Le pianiste, dont on a déjà dit beaucoup de bien dans ces colonnes, poursuit sur le label Grand Piano un travail de grand intérêt, qui concerne également Philippe Glass (le cinquième volume de son intégrale des pièces pour piano est sorti l’année dernière) ou Jan Rääts (premier volume de l’intégrale des sonates cette année).
Les enregistrements des pièces de Satie pullulent, pour le meilleur et parfois pour le pire : certes, son écriture pour piano n’est pas celle de Franz Liszt, mais on se figure un peu vite que, de ce fait, tout est simple. Or, chez le solitaire d’Arcueil, les difficultés, non pas techniques, mais interprétatives, abondent. On peut louer, dans cet enregistrement, une attention particulière portée aux tempi : certaines pièce peuvent surprendre, à première écoute, par leur lenteur, mais se révèlent tout à fait convaincantes sur la durée. En outre, Nicolas Horvath trouve ici, à maintes reprises, cet équilibre difficile entre « appropriation » et « mise à distance » qui raconte quelque chose de Satie lui-même. Et on ne louera jamais assez l’incroyable capacité de résistance de pièces comme les Gymnopédies ou les Gnossiennes : vous pouvez les utiliser pour vendre des voitures, du bain moussant ou de la bière et, miraculeusement, quand vous les réécoutez, aucune trace de contamination n’est perceptible. Souvent considéré par les historiens de la musique comme un compositeur mineur, peu digne de confiance car pêchant par trop d’humour (le comique n’étant pas, il faut bien l’avouer, le fort de nos compositeurs contemporains), Erik Satie aura néanmoins influencé certains compositeurs, et non des moindres : pour vous en convaincre, réécoutez la troisième Sarabande de « notre bon maître » et, à la suite, In a Landscape, de John Cage. À ceux d’entre vous qui s’étonneraient du sérieux imperturbable de cette chronique, souvenez-vous de la Journée Du Musicien, tirée des admirables Mémoires d’Un Amnésique (disponible dans la « Petite Bibliothèque Ombres ») où Satie nous confie : « D’aspect très sérieux, si je ris, c’est sans le faire exprès. Je m’en excuse toujours et avec affabilité« 

Philippe-Emmanuel Krautter (Lexnews - Édition Semaine n° 36 / Septembre 2017)
Nicolas Horvath est un pianiste talentueux de renommée internationale et que ne rebutent ni le travail, ni l’audace et le courage, pour preuve ces trois parutions discographiques qui témoignent non seulement de ce courage éditorial, mais également de l’excellence des interprétations proposées.
Le premier CD est consacré à Éric Satie, et si le mélomane pense avancer en terrain connu avec ce premier volume des œuvres complètes pour piano d’Érik Satie, il devra s’attendre à quelques heureuses et agréables surprises. Pour cet enregistrement, Nicolas Horvath a en effet travaillé avec Robert Orledge, grand spécialiste de la musique de la fin du XIX et début XXe s. C’est un véritable travail titanesque de fond qui a été entrepris sur les manuscrits d’Érik Satie et qui a conduit à une nouvelle édition révisée de ses œuvres pour piano publiée à Milan par Salabert. Curieusement, il s’avère que depuis un siècle un certain nombre d’erreurs – certaines dues à Satie lui-même comme dans la deuxième Sarabande – entachaient les œuvres du musicien et avaient été reprises sans correction depuis. Le musicologue a ainsi plongé au cœur de l’œuvre du compositeur révolutionnant la musique du début du XXe afin de retrouver cette pureté de l’inspiration que Nicolas Horvath illustre avec cet enregistrement réalisé sur le piano Érard de Cosima Wagner (modèle 55613, année 1881) ! Toute l’esthétique du compositeur se trouve magnifiée avec des harmonies nouvelles pour l’époque, qui s’éloigne de la virtuosité pour préférer un nouveau dialogue, plus intime, annonciateur des révolutions artistiques à venir. Nombreuses seront les découvertes dans ce disque telle cette pièce sans titre datant de 1891 et faisant référence au fameux courant Rose + Croix dont le musicien fit partie, il fut même quelque temps le « maître de chapelle » de l’Ordre de la Rose-Croix aux côtés de Joséphin Péladan.

A.M. (Nice Matin - october 2017)
Tout le monde connaît Erik Satie, un trublion qui a révolutionné la musique à la fin du XIXè siècle. Le pianiste monégasque, Nicolas Horvath, nous offre son étude complète des œuvres de piano de Satie dont les trois célèbres Gymnopédies et quelques inédites. Nicolas Horvath les joue sur son propre instrument, un Erard 1881 de Cosima Wagner.
Ah oui, au fait, c'est sublime !

Gapplegate Modern Music Blogspot (3 august 2017) Strongly recommended.
Anyone who for some reason does not know Erik Satie's piano music has been missing out on a singularly wonderful thing. I've listened for so many years to the bulk of it that it has entered my being as something eternally internal to me. I still have the old LPs of the Frank Glazer Vox Box, the Aldo Ciccolini volumes on Angel/EMI, and lately the Jeroen van Veen CD set on Brilliant (see my review here from last October 6, 2016).
And now we have Nicolas Horvath playing Cosima Wagner's 1881 Erard Grand (the make of piano that Satie favored) for Volume One of the Complete Piano Works in the new corrected Salabert Edition of 2016 in its World Premier recording (Grand Piano 761). The Glazer version is the most middle-of-the-road in its clean depiction of the scores, the Ciccolini is the must sparkling and impressionistic version, the van Veen is the more radically iconoclastic of all of them, featuring very slow, sensuously beautiful versions of the lyric masterworks and adventurous readings of the other works.
And so what of Horvath's new set? Of the Volume One? The Erard gives us a sort of pale, brittle vulnerability to the lyric works, most of which are a part of Volume One. We get Gnossiennes, Gymnopedies, Sarabands, the "Sonneries de la Rose Croix" and other gems both very familiar and less so.
Horvath's interpretations are meant to be faithful to Satie's vision and as such they are not spectacularly slow or fast, not extrovertedly dashing so much as concentrated.
The Salabert Edition corrects the numerous errors that crept into the printed versions of the works, some because Satie did not proofread the printed galleys as carefully as he might, and others for whatever reason. I cannot say that my well-accustomed Satie ears perked up and lead me to a pronounced "wow" at any particular point in my listening, but nonetheless it is always a good thing to get the music closer to what Satie intended.
The wealth of lyric pieces combined into the First Volume along with the sterling interpretations make this an excellent place to start for anyone who does not know Satie well. For the cognoscenti this new set promises to be another offering of finely poetic interpretations that completists or enthusiasts will want to have.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire